La demande d'une primaire socialiste pour 2017 dépasse désormais les seuls frondeurs

Publié à 09h23, le 09 juillet 2014 , Modifié à 09h37, le 09 juillet 2014

La demande d'une primaire socialiste pour 2017 dépasse désormais les seuls frondeurs
Valérie Rabault, Yann Galut, Karine Berger et Alexis Bachelay © Image tweetée par Sophie de Ravinel

La demande de primaire au PS pour la présidentielle de 2017 dépasse désormais les seuls frondeurs. Quatre députés socialistes ont lancé ce 9 juillet au matin un nouveau collectif baptisé "Cohérence socialiste", arguant que "un certain nombre de débats sont devenus interdits au sein du PS" et que le parti est devenu "godillot, inexistant, plus producteur d'orientations pour peser".

A sa tête : Karine Berger, qui avait travaillé sur le plan d'économies proposé par Manuel Valls mi-avril pour le modifier à la marge, Valérie Rabault, la rapporteure du Budget auteure d'un rapporttrès nuancé sur ce même plan d'économies et sur le pacte de responsabilité, ainsi que Alexis Bachelay et Yann Galut, tous deux membres du courant de la Gauche forte au sein du PS.

Et ce mouvement, initié par des députés qui ne se sont pas abstenus lors des différents votes sur le Budget, préconise à son tour d'organiser une primaire pour déterminer le candidat de la gauche pour la prochaine élection, y compris si François Hollande est candidat.

Une annonce faite lors d'une conférence de presse ce mercredi matin et rapportée par la journaliste de LCP Astrid de Villaines :

Avant eux, Laurent Baumel, Jérôme Guedj et Pouria Amirshahi - des frondeurs qui, contrairement à "Cohérence socialiste", se sont abstenus lors des votes sur le Budget - avaient déjà entonné le refrain de la primaire. Le premier des premiers à lancer cette idée étant, mi-avril, l'ancien député PS et actuel vice-président de la région Ile-de-France Julien Dray.

"Cohérence socialiste" souhaite porter trois débats qu'ils estiment "interdits au sein du PS" : la politique économiques, les institutions et la question européenne.

Du rab sur le Lab

PlusPlus