Nicolas Sarkozy justifie son absence des médias : "je n'ai pas envie de galvauder ma parole"

Publié à 08h10, le 30 janvier 2015 , Modifié à 14h35, le 30 janvier 2015

Nicolas Sarkozy justifie son absence des médias : "je n'ai pas envie de galvauder ma parole"
Nicolas Sarkozy au JT de TF1 © MARTIN BUREAU POOL AFP

Nicolas Sarkozy n'est pas Florian Philippot. Contrairement au n°2 du FN, régulièrement en tête du décompte du Lab des squatteurs de matinales, le président de l'UMP ne court pas les plateaux télés et radios. Non pas que l'ancien chef de l'État ne soit jamais invité. Il l'est et, parfois, quand l'actualité le réclame, il accepte. Mais cela reste très rare. Depuis qu'il a succédé à Jean-François Copé à la tête de l'UMP, Nicolas Sarkozy a fait une matinale radio – RTL – et deux JT – TF1 et France 2.

Cette absence est voulue. Elle est même calculée. C'est ce que l'ancien chef de l'État a confié, jeudi 29 janvier, dans le train qui le ramenait de son déplacement à Tourcoing. Voici ce qu'il a déclaré, selon des propos rapporté ce vendredi 30 janvier par le Parisien :

"

J'ai un calendrier, un tempo. […] Revenir, c'est ce qu'il y a de plus difficile. Le temps du rassemblement de la famille politique passe paradoxalement par un temps de recul de ma part. Je n'ai pas envie de galvauder ma parole en faisant toutes les radios du matin et du dimanche.

"

S'il ne parle pas beaucoup, du moins pas de manière officielle, Nicolas Sarkozy lit. Énormément. Les journaux d'abord, comme Le Point où, jeudi 28 janvier, l'ex-président a pu apprécier les mots doux que lui adressés par médias interposé son ancien "collaborateur", aka François Fillon. "Je ne crois pas que Sarkozy soit pervers. En tout cas, sa perversité est moins grande que celle de Hollande", a dit l'ancien Premier ministre.

Commentaire de Nicolas Sarkozy :

"

Ça ne me surprend pas. Il me l'a même dit en face ! Mais je ne suis pas un pervers… ni un cynique d'ailleurs.

"

Il lit les journaux. Il lit aussi des livres. Guerre et Paix de Tolstoï, surtout. Et il aime bien le rappeler. "Ca fait tout de même 2.200 pages ! Et j'en ai lu 60%. C'est vraiment fascinant", a assuré Nicolas Sarkozy. Fascinant, très certainement. À tel point que cela fait plusieurs années que l'ancien chef de l'État lit Guerre et Paix. En septembre 2011, celui qui était alors président de la République confiait dans l'avion qui le ramenait de Benghazi qu'il lisait le livre déjà de Tolstoï…  

Du rab sur le Lab

PlusPlus