Sarkozy veut attaquer Hollande sur sa politique internationale : "On brûle le drapeau français dans tout le monde arabe. Tout va bien"

Publié à 07h48, le 23 janvier 2015 , Modifié à 09h40, le 23 janvier 2015

Sarkozy veut attaquer Hollande sur sa politique internationale : "On brûle le drapeau français dans tout le monde arabe. Tout va bien"
Nicolas Sarkozy le 8 janvier à l'Élysée © THIERRY CHESNOT GETTY IMAGES NORTH AMERICA AFP

CA RESTE ENTRE NOUS, HEIN ? - L'unité nationale, Nicolas Sarkozy en a soupé. Mercredi 21 janvier, dans son interview sur France 2 – moins regardée que Plus belle la vie sur France 3 – celui qui est surtout ancien chef de l'État a sifflé la fin de la récréation : terminée l'union post-attentats, oubliée la retenue indispensable après les attaques de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher de Paris. Nicolas Sarkozy reprend son rôle de chef de l'opposition et critique le pouvoir en place. Même si, pour l'instant, il se garde de dire tout haut tout ce qui lui passe par la tête.

Car si vous avez trouvé Nicolas Sarkozy virulent envers le gouvernement mercredi 21 janvier, dites-vous que ce n'est rien comparé aux attaques lancées par l'ancien président devant ses proches. Oui, l'ex se retient dans la lumière mais balance bien en coulisses. Sa cible ? La politique étrangère de François Hollande. Voici ce qu'il a déclaré devant le bureau politique de l'UMP, le 20 janvier, rapporte L'Opinion ce vendredi 23 janvier :

"

Hollande ne parle plus aux Russes, et maintenant on brûle le drapeau français dans tout le monde arabe. Tout va bien.

"

Une référence aux manifestations observées après la une de Charlie Hebdo du mercredi 14 janvier. Cette attaque a été répétée quasiment mot pour mot devant la commission exécutive de l'UMP, mercredi 21 janvier, précise L'Opinion. Nicolas Sarkozy, qui selon Henri Guaino a quand même sauvé la démocratie dans le monde, veut attaquer François Hollande sur le terrain international. Au menu : "les erreurs commises selon lui au Maghreb et au Moyen-Orient", rapporte encore le quotidien.

Une fois n'est pas coutume, Nicolas Sarkozy est plutôt raccord avec François Fillon sur ce sujet. "La stratégie occidentale au Proche-Orient est un échec, a estimé l'ancien Premier ministre dans le Monde le 21 janvier. Il ne faut plus raisonner comme du temps de la guerre froide, avec l’OTAN et un front commun constitué par les nations occidentales. Il faut élargir nos alliances."

Du rab sur le Lab

PlusPlus