Une réunion de crise à l'Elysée en 2013 pour évoquer ... les SMS intempestifs de François Hollande

Publié à 07h37, le 21 juillet 2014 , Modifié à 07h52, le 21 juillet 2014

Une réunion de crise à l'Elysée en 2013 pour évoquer ... les SMS intempestifs de François Hollande
© Reuters

François Hollande est un accro du SMS. Distillés en plein conseils des ministres avec certains membres "privilégiés" du gouvernement, échangés avec des journalistes pour leur glisser des infos ou caler des interviews, bombardés à ses ministres pour aiguiller leur communication ... le chef de l'Etat, qui dispose toujours du même numéro malgré son accession à la présidence de la République, a le texto facile, pathologique même à en croire un long article de Libération consacré ce 21 juillet au mode de communication très particulier de François Hollande.

Au milieu de moult échanges textuels rapportés par des ministres ou des proches du Président, on apprend que "courant 2013", et face à cette manie présidentielle, une "réunion de crise" à ce sujet a même été organisée à l'Elysée. Une réunion pour conclure que ... rien ne pouvait changer. Libération écrit ainsi :

"

Le sujet avait été jugé suffisamment problématique pour qu'une réunion de crise consacrée aux SMS intempestifs du chef de l'Etat soit organisée à l'Elysée courant 2013. Mais il avait été statué que rien ne changerait puisque Hollande fonctionnait ainsi.

"

Au cœur des préoccupations de l'entourage du chef de l'Etat, sa tendance à rendre des arbitrages par texto, directement avec le ministre concerné, sans parfois en avertir ses collaborateurs, voire ses entretiens calés avec des journalistes  - comme pour son interview au Journal du Dimanche en mai 2014 - sans que son tout nouveau conseiller com', Gaspard Gantzer, ne soit au courant.

Mais François Hollande a aussi le texto rigolard, comme le montre une anecdote racontée par Libération. Le 8 avril, alors que Manuel Valls est en train de prononcer son discours de politique générale de nouveau Premier ministre à l'Assemblée, le Président le regarde à la télévision, et voit la grise mine de ses ministres au premier rang. Certains reçoivent alors ce message :

"

Mais souriez, vous êtes tendus !

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus