"Cabinet noir" : et là, Hortefeux rappelle que Fillon avait sollicité l'Élysée pour "taper" sur Sarkozy

Publié à 19h36, le 28 mars 2017 , Modifié à 17h08, le 02 avril 2017

"Cabinet noir" : et là, Hortefeux rappelle que Fillon avait sollicité l'Élysée pour "taper" sur Sarkozy
Brice Hortefeux se rappelant au bon souvenir de François Fillon © Montage Le Lab via AFP

REMEMBER - François Fillon en est persuadé et la parution récente du livre Bienvenue place Beauvau n'a fait que le conforter dans cette certitude : il existe à l'Élysée un "cabinet noir" piloté par François Hollande et chargé d'instrumentaliser les "affaires" et enquêtes judiciaires contre les adversaires du pouvoir. Et le "Penelope Gate" qui l'a frappé de plein fouet serait un exemple éclatant de ce "scandale d'État". Sauf que certains esprits chagrins se souviennent aussi que le même François Fillon n'a peut-être pas toujours été si révulsé que cela par ces supposées pratiques. 

Et l'on reparle donc ici du fameux déjeuner entre l'ex-Premier ministre et son ancien ami Jean-Pierre Jouyet, alors secrétaire général de l'Élysée et rouage essentiel de l'appareil d'État de l'ère Hollande. Le toujours très fidèle sarkozyste Brice Hortefeux, par exemple, n'a pas du tout oublié cet épisode. Selon Le Canard Enchaîné en kiosque mercredi 29 mars, l'ex-ministre de l'Intérieur a évoqué ce *souvenir* au lendemain des lourdes accusations portées par le candidat LR à la présidentielle contre François Hollande sur le plateau de L'Émission politique. Et de "glousser", selon le palmipède :

Fillon est certainement sincère. Il croit tellement à ce cabinet noir qu'il est allé voir Jouyet pour lui demander d'accélérer les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy.

 

Voilà un rappel bien peu amical dont François Fillon se serait certainement passé. Pour un homme qui s'indigne publiquement que l'on puisse instrumentaliser la justice à de sombres fins politiques, cet épisode est en effet des plus accablants.

Les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme avaient révélé, fin 2014 dans Le Monde et leur livre Sarko s'est tuer, ce repas au cours duquel l'ex-chef du gouvernement avait demandé à Jean-Pierre Jouyet et donc à l'Élysée de "taper vite" sur Nicolas Sarkozy, en boostant les procédures judiciaires contre ce dernier pour ne pas "le laisser revenir". Face aux dénégations de François Fillon, Le Monde avait affirmé détenir l'enregistrement de cette conversation. François Hollande lui-même avait plus tard confirmé la véracité de cet entretien dans le livre Un président ne devrait pas dire ça..., tout en réaffirmant sa position constante en la matière, à savoir qu'il ne serait jamais intervenu dans aucune procédure judiciaire, contrairement à "[ses] prédécesseurs". Nicolas Sarkozy himself était d'ailleurs persuadé que son ancien "collaborateur" avait bel et bien fait cette démarche pour lui nuire.

François Fillon avait porté plainte en diffamation contre Gérard Davet et Fabrice Lhomme, mais il avait été débouté par le tribunal correctionnel de Paris en juillet 2015, décision confirmée en appel. 



À LIRE SUR LE LAB :

"Cabinet noir" : Gérard Larcher prend ses distances avec les accusations de François Fillon

Du rab sur le Lab

PlusPlus