Jean-Marc Ayrault ne veut plus qu'on lui parle de sa gaffe

Publié à 11h45, le 25 octobre 2012 , Modifié à 12h15, le 25 octobre 2012

Jean-Marc Ayrault ne veut plus qu'on lui parle de sa gaffe
(Reuters)

PAS CONTENT - Lors d'un déplacement au congrès de l'Union professionnelle artisanale (UPA), Jean-Marc Ayrault s'en est pris aux "chroniques quotidiennes de démolition"à son égard.

En ce 25 octobre, tous  les quotidiens parlent en effet de la gaffe du Premier ministre et y voit une nouvelle preuve d'"amateurisme". La veille, Jean-Marc Ayrault a annoncé une décision du Conseil constitutionnel ... alors que les Sages n'avaient pas encore statué. Libération qualifie les deux têtes de l'exécutifs d'"apprentis", Le Parisien parle du "mercredi noir" de Jean-Marc Ayrault et Le Figaro estime que "ses bévues affaiblissent encore son autorité".

Autre élément de tension : les fuites du rapport Gallois sur la compétitivité et les articles expliquant que ce dernier est déjà enterré ... avant même d'être remis (le 5 novembre).

Résultat, le chef de gouvernement en a ras la casquette. A son arrivée au congrès de l'UPA, il ne s'est pas gêné pour le faire savoir comme le racontent les journalistes sur place, notamment Nicolas Prissette du JDD :

Ayrault furibard (suite): "Les chroniques quotidiennes de démolition ne m'interessent pas"#UPA

— Nicolas Prissette (@NicolasPri7) Octobre 25, 2012

Ayrault furibard (fin), sur le rapport Gallois : "vous pouvez continer tous les jours votre petit feuilleton ça ne m'interesse pas"#UPA

— Nicolas Prissette (@NicolasPri7) Octobre 25, 2012

Même énervement rapporté par Camille Langlade d'Europe 1 :

On peut également voir certains extraits sur cette vidéo TF1 :

Jean-Marc Ayrault s'y exaspère des questions sur le rapport Gallois :

"

Aaaah le rapport Gallois, vous l’avez lu ? Bon alors comme vous ne l’avez pas lu, vous racontez des choses qui ne seront peut-être pas dedans. Donc je vais vous demander d'attendre quelque chose, c’est que le rapport Gallois me soit remis le 5 novembre.

Vous pouvez continuer tous les jours votre petit feuilleton, ça ne m’intéresse pas. Lorsqu’on parle d’un rapport qu’on n’a même pas lu, je trouve que ce n’est pas très sérieux.

"

L'AFP explique plus pudiquement que le Premier ministre est "visiblement agacé" par les questions sur le "Ayrault bashing" de la part des médias. Ce dernier a renvoyé les journalistes à leurs responsabilités :

"

C'est à vous qu'il faudrait poser la question, elle ne se pose pas à moi. Moi je suis ici pour une mission, c'est m'adresser aux entreprises de l'artisanat, j'espère que vous en parlerez. Vous savez ce que c'est l'artisanat ?

"

 

Comme nous le racontions ici et , Jean-Marc Ayrault n'hésite pas à remettre les journalistes à leur place quand il le souhaite. Il lui est fréquent de pester contre les "petits potins des rubriques de télévision ou de radio", les "couloirs de politique" et contre les "commentateurs" qui ne parlent pas des "priorités nationales".

Du rab sur le Lab

PlusPlus