La marque de respect de Gilbert Collard à Jean-Marie Le Pen : "les jusqu'au-boutistes me plaisent, même quand ils m'emmerdent"

Publié à 11h45, le 16 mai 2015 , Modifié à 11h45, le 16 mai 2015

La marque de respect de Gilbert Collard à Jean-Marie Le Pen : "les jusqu'au-boutistes me plaisent, même quand ils m'emmerdent"
© Montage via AFP

RESPECT – Entre Gilbert Collard et Jean-Marie Le Pen, ce n'est pas franchement le grand amour. Vous avez saisi la litote ?

L'opposition entre l'avocat et le fondateur du Front national ne date pas d'hier. Mais vu que la situation au parti n'est pas franchement des plus apaisées, la tension entre les deux hommes est à nouveau très forte. Et la volonté du "Menhir" de créer sa propre structure indépendante du FN ne calme pas tellement les choses.

Invité de France Inter ce samedi 16 mai, Gilbert Collard évoque cette création lepéniste. Et fait mine de ne pas trop s'inquiéter même s'il préférerait franchement que le patriarche Le Pen parte en retraite. "C'est une formation sonore, protestataire, c'est les vieux de la vieille", s'amuse le député du Gard. Il ajoute :

"

On regarde ça avec philosophie et moi, personnellement, avec respect parce que les jusqu'au-boutistes me plaisent, même quand ils m'emmerdent pour être très franc.

 

"

Après avoir affiché tout son respect à Jean-Marie Le Pen, Gilbert Collard s'étonne en revanche que les médias, qui ont "toujours condamné" les propos du fondateur du FN, lui ouvrent "grandement leurs micros de façon qu'il puisse s'exprimer". Il explique :

"

Ça a au moins le mérite, cette situation, de pointer une fois de plus un paradoxe de communication sur lequel il faudra quand même qu'on réfléchisse un jour. Puisque celui qu'on critiquait quand il parlait, que nous critiquons parce qu'il a parlé, eh bien on ne cesse de le faire parler.

 

"

Mais il faut aussi dire que Jean-Marie Le Pen a très envie de s'exprimer. Partout. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus