Jean-Marie Le Pen et Gilbert Collard s'insultent ouvertement sur Twitter après la dernière provocation du président d’honneur du FN

Publié à 18h08, le 02 avril 2015 , Modifié à 13h45, le 03 avril 2015

Jean-Marie Le Pen et Gilbert Collard s'insultent ouvertement sur Twitter après la dernière provocation du président d’honneur du FN
Jean-Marie Le Pen et Gilbert Collard © AFP

Et c'est reparti comme au bon vieux temps de "la fournée". On savait que Marine Le Pen n'avait que très moyennement apprécié la sortie de Jean-Marie Le Pen, jeudi 2 avril sur BFMTV. Chez Jean-Jacques Bourdin, le président d'honneur du parti répétant, en direct, que oui selon lui les chambres à gaz "sont un détail" de la seconde guerre mondiale. La présidente du FN s'est du coup rapidement déclarée "en désaccord profond avec Jean-Marie Le Pen, et sur le fond, et sur la forme"

Mais Marine Le Pen n'est pas la seule à dénoncer les mots du fondateur du Front national. Jeudi après-midi, Gilbert Collard critique également la dernière provocation signée de Le Pen père. Dans un message publié sur Twitter, le député du Gard écrit :

"

La Shoah est l'abomination des abominations et Jean-Marie Le Pen un tract ambulatoire pour Manuel Valls, c'est désespérant !

 

"

Ou comment le secrétaire général du Rassemblement bleu marine signifie à Jean-Marie Le Pen qu'il fait, selon lui, le jeu de Manuel Valls. Le phrasé n'est pas sans rappeler celui de Gérald Darmanin. Début mars, le député UMP avait considéré que "Christiane Taubira est un tract ambulant pour le FN mis en avant par Hollande". On notera juste, chez Jean-Marie Le Pen l'usage du mot "ambulatoire" et non "ambulant", comme pour rappeler à Jean-Marie Le Pen que ça serait mieux pour tout le monde s'il prenait sa retraite loin du FN. 

En bon punk, Jean-Marie Le Pen a très vite répondu : 

"

Ferme donc ta gueule, espèce de collard !

 

"

 

C'est simple, on se croirait revenu en juin 2014, quand le député du Gard avait été l'un des plus prompts à critiquer la sortie de Jean-Marie Le Pen, proposant de faire "une fournée" des artistes critiquant le FN. À l'époque, l'avocat avait suggéré au président d'honneur du FN de prendre sa retraite. Ce que l'intéressé avait refusé, invitant plutôt Gilbert Collard à "changer les consonnes de son nom" ... ce qui est administrativement compliqué.

Le Premier ministre a, en effet, décidé d'attaquer de front le FN. Le 10 mars à l'Assemblée nationale, répondant à une question de Marion Maréchal-Le Pen, Manuel Valls avait juré qu'il mènerait campagne jusqu'au bout pour "stigmatiser" le FN et dire que ce parti n'est "ni la République, ni la France".

[EDIT 03/04 à 13h30] Gilbert Collard en remet une couche ce vendredi 3 avril. Dans un nouveau tweet, le député du Gard constate que son message à destination de Le Pen a dû faire mouche, si on en croit la réaction de l'intéressé. Il dit : 

 

"

Je mesure l'impact de mes propos à l'insulte qu'ils provoquent : c'est le cri douloureux du coup de pied au cul !

 

"

On attend du coup la réponse de Jean-Marie Le Pen. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus