Le multiplex politique du 24 novembre : Marine Le Pen, François Bayrou, Bruno Le Maire et Anne Hidalgo

Publié à 17h32, le 24 novembre 2013 , Modifié à 22h19, le 24 novembre 2013

Le multiplex politique du 24 novembre : Marine Le Pen, François Bayrou, Bruno Le Maire et Anne Hidalgo

#MULTIPLEX POLITIQUE - Au programme des interviews dominicales de ce 24 novembre, François Bayrou sur France 5, Anne Hidalgo sur RTL, Bruno Le Maire sur France Inter et Marine Le Pen sur BFMTV.

Comme chaque dimanche, Le Lab se plie en quatre pour suivre ces différentes interviews et vous en propose des "morceaux choisis" au fur et à mesure de la soirée.

>> Marine Le Pen dans "BFM Politique"

  

#GUAINO S'ENFLAMME

Invité à débattre face à Marine Le Pen, Henri Guaino, député UMP et ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, lance :

Si vous voulez qu'un jour on prenne trois heures pour prendre une à une les décisions prises par Nicolas Sarkozy, on peut le faire.

Sachez au moins que s'il n'avait pas été là, il n'y aurait plus de démocratie en France, plus de démocratie en Europe et plus de démocratie dans le monde.

Devant le rire de la patronne du Front National, Henri Guaino précise qu'il fait référence à la gestion par Nicolas Sarkozy de "la pire crise depuis l'après guerre" et que "si le sytème bancaire s'était effondré [...] il aurait emporté avec nous nos sociétés et la démocratie"

#POINT SCÉNOGRAPHIE

La présidente du Front National est venue en plateau  faisant en sorte que les téléspectateurs voient derrière elle Florian Philippot, le vice-président du FN et Wallerand de Saint-Just, le candidat frontiste à Paris.

<img src="http://i.imgur.com/wZCASoa.png" alt="" width="500" />

#COMPLOT

Interrogée sur la lettre d'un ancien militant UMP, parti au FN, revenant à l'UMP lue dimanche matin sur les ondes d'Europe 1 par Jean-François Copé, Marine Le Pen juge cette initiative "pitoyable". 

Le pauvre, c'est terrible d'en arriver à faire écrire une lettreà un candidat d'une ville de 3.000 habitants. C'est la seule réjouissance de sa semaine ? [...]

Vous voyez bien que cette lettre a été écrite sous la dictée de monsieur Copé qui d'ailleurs l'utilise.

"Cette liste RBM aura lieu avec tous ses colistiers, elle verra le jour", promet la présidente du FN. 

#TOTALITARISME

Deux semaines après les arrestations de militants FN lors des commémorations du 11 novembre, Marine Le Pen ne décolère pas :

On est en train de passer d'un pays démocratique à un pays totalitaire.

"Arrêter préventivement des gens, on ne fait ça que dans les pays totalitaires. On les a arrêtés alors qu'ils n'avaient absolument rien fait", s'énerve Marine Le Pen. 

 >> François Bayrou dans "C Politique" sur France 5 

#DADA

Réagissant à la manifestation des cavaliers protestant contre l'augmentation de 7% à 20% de la TVA pour les centres équestres, le président du Modem déclare sa flamme aux chevaux "formidablement éducatif et chaleureux" et assure "qu'il faut laisser la TVA au niveau où elle était" :

Ils ont absolument raison [de manifester] car ils vont mourir

"On est en train d'écraser les gens, ça va mal finir", ajoute François Bayrou.

#36 15 MÉTAPHORE

"Nous n'avons fait aucune réforme qui s'impose" se désole l'ancien ministre centriste : 

La dette vers laquelle nous nous dirigeons c'est l'iceberg pour le Titanic.

L'iceberg est là, on sait qu'il est là, qu'il pourrait être là et tout le monde continue de danser sur le pont.

#PAU

Interrogé sur le soutien d'Alain Juppé, François Baroin et François Fillon alors que le président de l'UMP et les sarkozystes veulent absolument maintenir un candidat UMP contre lui à Pau, François Bayrou répond : "Ils se sont exprimés...Moi je ne suis pas en quête de soutien d'appareils mais de l'estime des gens".

#COUCOU PIERRE

Le candidat aux élections présidentielles de 2002, 2007 et 2012 estime la "remise à plat" de la réforme fiscale annoncée par Jean-Marc Ayrault est une "diversion" car le premier ministre "avait le sentiment qu'il ne pouvait plus bouger" :

C'est d'ailleurs absolument extraordinaire de penser que cela a été fait sans que le ministre de l'Economie en soit informé.

François Hollande lui-même, j'imagine qu'il était informé mais on ne peut pas dire que son équipe ait manifesté un enthousiasme délirant sur le sujet.

>> Bruno Le Maire dans "Tous politiques" sur France Inter et France 24, avec Le Parisien

<img src="http://i.imgur.com/VwYy9zi.png" alt="" width="500" />

#STOP

Invité à réagir à l'annonce de Laurent Fabius estimant que la République centrafricaine était "au bord du génocide" et annonçant que une résolution du Conseil de sécurité pour intervenir début décembre, Bruno Le Maire se prononce contre une nouvelle guerre française en Afrique : 

Est-ce que la France a vocation a éteindre tous les incendies à travers la planète ?

Est-ce que nous avons la capacité à déployer nos troupes partout dans la monde dès qu'il y a des atrocités commises ?

L'ancien ministre souhaite que Paris "concentre ses efforts sur le Mali où il y a un intérêt national, la lutte contre l'islamisme radical".

>> Anne Hidalgo dans "Le grand jury" sur RTL et LCI avec Le Figaro

<img src="http://i.imgur.com/xW3xYgu.png" alt="" width="500" />

#SALLE DE SHOOT

L'expérimentation d'une salle de shoot à Paris a été repoussé début octobre par une décision du Conseil d'État. "On en a besoin en terme de santé publique", continue d'argumenter Anne Hidalgo qui ajoute :

Il y aura, je pense, une loi, ça c'est le calendrier législatif.

 Marisol Touraine, la ministre des Affaire Sociales avait indiqué début octobre, sans calendrier précis, que le gouvernement travaillait "évidemment" à un projet de loi afin de "sécuriser juridiquement" l'ouverture d'une salle de consommation encadrée de drogues.

#RECTIFICATIF

La candidate socialiste à la mairie de Paris, qui, il y a peu, s'était prononcée en faveur d'un remaniement gouvernemental, tient à assurer qu'"à aucun moment" elle n'avait "visé le Premier ministre".

#DEHORS

Sur l'éventuel remplacement des directeurs du Trésor et du Budget qui provoque un bras de fer entre Matignon et Bercy, elle juge positif qu'il y ait "des évolutions à la tête de Bercy" :

Ce sont de grands serviteurs de l'Etat mais qui ont quand même été recrutés à un moment où il y avait une politique assez différente de celle qu'on poursuit.

Du rab sur le Lab

PlusPlus