Vœux : Cambadélis se met en scène comme patron du PS

Publié à 12h14, le 26 décembre 2012 , Modifié à 18h05, le 26 décembre 2012

Vœux : Cambadélis se met en scène comme patron du PS
Capture d'écran du site de Jean-Christophe Cambadélis.

C’est parti pour les vœux des politiques. Premier ténor socialiste à dégainer sa carte de vœux : Jean-Christophe Cambadélis.

Le député de Paris a publié, le 24 décembre, une carte de vœux tout en rouge dans laquelle il se met en scène. Et les sous-entendus sont multiples.  

Que révèle-t-elle ?

>> Il montre la voie : Jean-Christophe Cambadélis a donc choisi une photo où on le voit marcher seul devant plusieurs ténors socialistes parmi lesquels Harlem Désir, qui l’a battu pour le poste de Premier secrétaire du PS, et Ségolène Royal, qu’il encourage à "prendre part" au débat.

>> Il met bien en avant sa fonction de vice-président du Parti socialiste européen.

Une mise en scène révélatrice tant l’ancien bras droit de Dominique Strauss-Kahn use de sa liberté de parole, notamment sur son blog, pour marquer sa différence face à plusieurs choix stratégiques du PS d’Harlem Désir.

"Cambadélis se pose en Premier secrétaire «bis» du PS", écrivait, le 22 décembre, le Monde, qui décrivait ainsi les sorties de "Camba" : 

Depuis la prise de fonctions de M. Désir, son concurrent malheureux, reconduit comme secrétaire national aux relations internationales et qui a dû se consoler avec la vice-présidence du Parti socialiste européen, ne lui laisse rien passer.

Officiellement, bien sûr, ses sorties à répétition dans les médias ou sur son blog sont autant de "conseils" donnés à son camarade dans l'intérêt du parti et de la gauche.

Pour le "finaliste" du congrès de Toulouse et figure nouvelle de l’aile gauche du PS, Emmanuel Maurel, Jean-Christophe Cambadélis veut se révéler comme le double inversé d’Harlem Désir.  

Ainsi explique-t-il au Monde

Par petites touches, Jean-Christophe dessine en creux le portrait du premier secrétaire qu'Harlem peine à être pour l'instant.

Le choix iconographique et, plus largement, la posture adoptée par Jean-Christophe Cambadélis font grandement sourire, dans l'entourage d'Harlem Désir.
 
Ainsi, un proche de Désir raconte-t-il, au Lab :

On dirait un peu le film Goodbye Lenin, et cette personne âgée à laquelle il faut à tout prix cacher la vérité ...

Edit, 18h : ajout de la réaction de l'entourage de Désir.

Du rab sur le Lab

PlusPlus