Les députés insoumis veulent à leur tour créer une crèche à l’Assemblée nationale

Publié à 11h37, le 03 octobre 2017 , Modifié à 11h37, le 03 octobre 2017

Les députés insoumis veulent à leur tour créer une crèche à l’Assemblée nationale
Assemblée nationale. © AFP

C’est un vieux serpent de mer du Palais Bourbon : faut-il créer une crèche dans l’enceinte de l’Assemblée nationale pour les enfants des députés et de leurs collaborateurs ? Un sujet remis au goût du jour le 29 septembre via un amendement des députés de La France insoumise, avec Ugo Bernalicis comme premier signataire.

Dans l’exposé des motifs, les députés LFI rappellent que "le Sénat dispose d’une halte-garderie, le Conseil de l’Europe a une crèche, de grandes entreprises ont compris l’intérêt de mettre à disposition de ses salarié·e·s". Mais aussi que "dès 1991, Ségolène Royal en faisait la requête". Ils poursuivent :

"

Le 11 décembre 2012, Barbara Romagnan et Axelle Lemaire réitéraient cette demande. Le poids symbolique d’instituer un tel service à l’Assemblée nationale, qui doit endosser le rôle exemplaire qui est le sien doit nous conduire à proposer cet amendement.

"

Ainsi veulent-ils inscrire dans le règlement de l’Assemblée que "le Bureau détermine aussi par un règlement intérieur le fonctionnement de la crèche mise à disposition pour les enfants de député ou députée, des fonctionnaires, des collaborateurs et collaboratrices, et de tout agent employé par les services administratifs de l’Assemblée nationale".

Plus récemment, Clémentine Autain, députée LFI également signataire de cet amendement, trouvait "regrettable" que l’Assemblée nationale ne s’occupe pas de la garde des enfants de députés.

En octobre 2013, au moment de "l’affaire de la poule" quand un député UMP avait imité le bruit d’une poule lors de l’intervention de Véronique Massonneau, la socialiste Axelle Lemaire formulait l’idée de remplacer la buvette des parlementaires par une crèche. Evidemment sans succès.

Quid de cette nouvelle tentative ?

Du rab sur le Lab

PlusPlus