"Entrecôte-frites béarnaise avec Hollande", Thévenoud "à travers la gorge", Marine Le Pen et "l'effet Rorbu" : Stéphane Le Foll est "en pleine forme"

Publié à 09h20, le 09 septembre 2014 , Modifié à 19h24, le 17 octobre 2014

"Entrecôte-frites béarnaise avec Hollande", Thévenoud "à travers la gorge", Marine Le Pen et "l'effet Rorbu" : Stéphane Le Foll est "en pleine forme"
Stéphane le Foll © PHOTOPQR/LE MAINE LIBRE

LA FRITE - Stépahne le Foll en convient : il était "courageux" d'accepter l'invitation de France Info pour une interview en cette rentrée politique particulièrement difficile pour le gouvernement. Démission du secrétaire d'État Thomas Thévenoud -qui restera député mais pas au PS -, sondages très flatteurs pour Marine Le Pen, députés frondeurs et écologistes menaçant de ne pas voter la confiance au gouvernement...

Mais le porte-parole du gouvernement ne se laisse pas démoraliser, livrant une interview très rythmée, mardi 9 septembre. A voir en vidéo ci-dessous : 



# "Si je devais dire ce que je pense de Thomas Thévenoud..."

Et ça commence donc avec Thomas Thévenoud, qui continuera de siéger à l'Assemblée nationale. Le ministre de l'Agriculture est très mécontent. Selon lui, Thomas Thévenoud aurait "dû prendre lui-même" la "décision de démissionner" de son mandat de député. Et cette histoire d'impôts non payés ou de retards de paiement, ça lui "reste à travers la gorge" à Stéphane Le Foll :

"

C’est une faute directe qui a été faite [...]



Personne ne peut l’obliger à démissionner, donc de toute façon on pourra toujours le répéter. Mais d’avoir accepté d’entrer au gouvernement et surtout ne pas déclarer des impôts pendant trois ans, franchement… Moi c’est toujours la question que je me pose : comment ils font ? Comment ils arrivent tous les jours en se levant le matin et que ça ne leur pose pas un petit problème au niveau du vécu ? Ça, ça me reste à travers la gorge. Je vais m’arrêter là parce que y’a des moments où…



[...] Je considère tout ça comme quelque chose de déplorable dont on se serait bien passé et si je devais dire ce que je pense, je ne le dirais pas ici à la radio.

"

# Avec Hollande, c'est "entrecôte-frites béarnaise dans les brasseries"

Stéphane Le Foll est également très remonté contre le livre de Valérie Trierweiler, qui présente François Hollande comme "un homme qui n'aime pas les pauvres" et qui aurait des goûts de luxe en ce qui concerne les restaurants ou les hôtels. Colère et petite anecdote culinaire du ministre de l'Agriculture :

"

J’ai beau en avoir marre, le livre il est là, il a l’air de se vendre. Je vais pas en rajouter moi-même.



[...] Ce qui est dit dans ce livre, pour ce qui me concerne déjà c’est faux, et puis ce qui a été dit sur François Hollande avec cette histoire des 'sans dents', c’est absolument faux.



Il préférerait les grands palaces aux petits hôtels ou les grands restaurants aux petits bistrots… Franchement moi, en 20 ans j’en ai fait des déplacements avec François Hollande. Si c’est pas 10 fois des bistrots, des brasseries, même à Tulle là, je sais plus comment ça s’appelle cette grande brasserie où j’ai été une fois en moto… Enfin c’est une brasserie. Steak-frites, entrecôte-frites, peut être béarnaise avec François Hollande de temps en temps.

"

# Marine Le Pen et "l'effet Rorbu"

Un sondage Ifop pour Le Figaro publié vendredi 5 septembre place Marine Le Pen en tête au premier tour de l'élection présidentielle et ce quels que soient ses adversaires, si le scrutin avait lieu demain. Selon le même sondage, la présidente du FN battrait François Hollande au second tour.

Et si Stéphane Le Foll reconnaît une certaine utilité aux sondages d'opinions ou d'intentions de vote, il y va aussi de sa petite théorie pour contester leur valeur "prophétique", selon les mots de son intervieweur :

"

J’appelle ça 'l’effet Rorbu'. C’est une toute petite maison en bois magnifique sur le bord d’un lac en Norvège. C’était les maisons de pêcheurs. Quand vous prenez une photo un jour de soleil sur un lac bleu turquoise, avec la montagne derrière, vous pouvez penser qu’en allant en Norvège vous allez passer des vacances de rêve. Manque de pot, il pleut à peu près une vingtaine de jours sur les trente, donc il faut préparer la belote et les quatre personnages avec lesquels vous allez jouer. Donc c’est ça l’effet Rorbu : la photo peut être très belle à un moment donné, mais c’est pas forcément ce qu’il y aura sur la totalité de la durée du séjour.

"

# Les frondeurs, ça suffit

Alors que Manuel Valls sollicitera la confiance des députés le 16 septembre, le porte-parole du gouvernement lance "un appel à la responsabilité à tous", mais surtout aux frondeurs du PS:

"

Les difficultés sont suffisamment importantes dans cette rentrée pour qu’on soit solidaires, soudés. Il y a des débats importants mais pas non plus à la hauteur de ce qui est dit quelques fois : est-ce qu'on fait de l'austérité ou du sérieux budgétaire. Je voudrais savoir si ce que l’on fait serait mieux s'il y avait 5, 6 ou 7% de déficit budgétaire en plus. Je sais pas, je suis sûr que non.



[...] On a écouté, on a négocié, Manuel Valls l'a fait pour le projet de loi rectificatif, que ce soit pour la loi de finances ou la sécurité sociale, et on a obtenu des résultats. On peut en discuter mais ça ne doit pas donner lieu à cette bataille continue et systématique qui a été engagée par certains.

"

# Le vélo, c'est la santé

Conclusion de l'interview : le journaliste demande au ministre s'il ne serait pas "un peu déprimé", par hasard. La réponse fuse :

"

Ah moi ? En pleine forme ! J’ai fait 55 kilomètres de vélo dimanche là, 30 de moyenne, j’étais parfait.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus