"Bradley Copé", grasse mat' et trolling : les fun-facts du second tour de la primaire de la droite

Publié à 11h54, le 28 novembre 2016 , Modifié à 12h50, le 28 novembre 2016

"Bradley Copé", grasse mat' et trolling : les fun-facts du second tour de la primaire de la droite
Mythique bulletin de vote, dimanche 27 novembre lors du second tour de la primaire de la droite © Capture d'écran Twitter via @Antoine_Lvq

FUN FACTS - Et finalement, Jean-François Copé était bel et bien présent lors du second tour de la primaire. Pas comme il l'aurait espéré évidemment, lui qui est arrivé dernier il y a semaine avec ses 0,3% des voix. Mais son esprit était là, parmi nous et bien vivace, dans certains bureaux de vote. Parfois avec une belle pointe d'humour, sorte d'hommage au plus gros blagueur de cette campagne.

Voici donc les 5 faits remarquables et rigolos quoiqu'insignifiants de ce second tour de scrutin qui a vu le triomphe de François Fillon, dimanche 27 novembre.

# "Bradley Copé"

1-0 pour l'humour grâce à cet électeur malheureusement anonyme qui s'est donné bien du mal, s'est déplacé et a payé ses 2 euros pour finalement glisser cet incroyable bulletin dans l'urne :

Un savoureux mélange de l'acteur américain Bradley Cooper et de "JFC" auquel même @GuillaumeTC n'avait pas pensé.

# Gueule de bois

Président de bureau de vote, c'est une lourde responsabilité. Celui-ci a peut-être essayé de se donner du courage ou d'oublier son stress en s'en jetant un ou deux derrière la cravate la veille du vote. Un ou deux de trop, même, puisqu'il a visiblement prolongé sa nuit plus que de raison, les pompiers devant aller le tirer de son sommeil éthylique :

D'autres incidents plus techniques ont manifestement eu lieu :

# À la recherche du respect

Indice : il n'était pas à Cannes.

# ONLR

Les fans de Nicolas Sarkozy sont tristes et en ont gros. Cette élection, qui a vu l'élimination et le (nouveau) départ en retraite de leur champion, leur fait mal. Alors ils protestent comme ils peuvent :

Ils ne sont visiblement pas encore sortis de la deuxième phase du deuil, la colère. Mais ça va bien se passer. Viendront ensuite le marchandage, la dépression puis, enfin, l'acceptation. Courage. 

# Mitraille

D'autres électeurs ont profité de l'occasion pour troller et se débarrasser de leur encombrante monnaie, comme le rapporte Le Télégramme :

Les assesseurs du bureau de vote de Plonéis, près de Quimper, n'en reviennent pas. L'un des votants a réglé à la mi-journée ses frais de participation de 2 euros avec... 200 pièces d'un centime ! C'est précis, pas une ne manque.

Sympa pour les bénévoles chargés de faire les comptes. Une pensée également pour Bernadette Chirac et les Pièces Jaunes.

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus