Cécile Duflot se dit favorable aux récépissés que Manuel Valls a enterré

Publié à 20h15, le 31 octobre 2012 , Modifié à 06h41, le 01 novembre 2012

Cécile Duflot se dit favorable aux récépissés que Manuel Valls a enterré
Cécile Duflot, le 31 octobre, sur le plateau du Grand Journal de Canal Plus.

CONTRADICTION - Invitée mercredi 31 octobre du Grand Journal de Canal Plus, Cécile Duflot a longuement vanté les mérites du récépissé de contrôle d'identité pour lutter contre les abus et les contrôles au faciès.

La ministre de l'Égalité des territoires et du Logement l'assure :

"

Le récépissé dans tous les pays où il a été expérimenté, en Espagne, en Angleterre est un moyen pour les policiers de mieux travailler.

"

Pourtant, mercredi 17 octobre, Manuel Valls avait semblé enterrer définitivement ce récépissé qualifié de "tracasserie administrative supplémentaire", préférant plutôt, comme alternative, le retour du matricule sur l'uniforme des policiers.

Sauf que, à en croire Cécile Duflot, deux semaines plus tard, sur Canal Plus :

"

Le débat est encore en cours.

Il faut prendre les choses de manière très calme.

Je pense qu'il y a un certain nombre d'élus qui sont prêts dans leur ville et des policiers et des syndicats de policier qui sont intelligents qui disent qu'on peut faire une expérimentation.

Ce serait une bonne idée car ça marche très bien dans d'autres pays.

C'est un vrai sujet de respect réciproque.

"

 Voici le son du plaidoyer de Cécile Duflot pour les récépissés :

A lire aussi sur Le Lab :

> Les syndicats de policiers, très opposés à ce projet, avaient annoncé son enterrement dès le mois de juin.

> Le Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) en veut beaucoup à Manuel Valls et estime qu'il s'était engagé à l'appliquer pendant la campagne de la primaire socialiste.

>Mi-juillet, Manuel Valls ne voyait pas "à ce stade, comment ça marche".

> Mi-août, invité à réagir aux violences nocturnes à Amiens, Manuel Valls en avait profité pour critiquer les récépissés.

La petite musique de Martine Aubry.

Du rab sur le Lab

PlusPlus