Pour Jean-Pierre Raffarin, les municipales de 2014 vont être difficiles pour l'UMP

Publié à 09h32, le 30 janvier 2013 , Modifié à 09h45, le 30 janvier 2013

Pour Jean-Pierre Raffarin, les municipales de 2014 vont être difficiles pour l'UMP
Jean-Pierre Raffarin, le 30 janvier sur Canal Plus.

"L'UMP est convalescente" et mal barrée pour les municipales, estime Jean-Pierre Raffarin invité de la matinale de Canal Plus, ce mercredi 30 janvier.

L'ancien Premier ministre commence par se satisfaire d'un "accord respecté" entre les deux rivaux, d'une "attitude positive" de François Fillon et se réjouit que Jean-François Copé "assume sérieusement sa responsabilité".

Puis Jean-Pierre Raffarin se fait plus critique : 

Nous ne sommes pas crédibles pour l'alternance aujourd'hui.

Nous regagnerons notre crédibilité nationale avec les élections municipales.

Celui qui estime que Ségolène Royal est "dans une situation de détresse personnelle" est à peine plus optimiste pour son parti. Les élections municipales en 2014 ne vont pas, selon lui, être une partie de plaisir pour l'UMP, comme le pense également Rachida Dati :

Cela va être difficile, les municipales.

On n'a pas toujours les candidats.

Et quelque fois quand on a les candidats on en a trop.

Enfin, le sénateur de la Vienne salue la probable candidature de l'ancienne ministre Nathalie Kosciusko-Morizet à Paris - si François Fillon n'y va pas- mais l'estime perilleuse :

Elle a un vrai talent. C'est très risqué pour elle.

Mais il faut que la jeune génération sache prendre des risques. Sa démarche est estimable. 

[Bonus track] Jean-Pierre Raffarin n'a pas appelé Nicolas Sarkozy pour son 58ème anniversaire, lundi 28 janvier :

Je n'ai pas besoin de cela pour faire croire à une affectivité qu'il connait bien.

Du rab sur le Lab

PlusPlus