Respect de la vie privée de François Hollande : la ligne de conduite de Marine Le Pen est-elle suivie au Front national ?

Publié à 11h19, le 13 janvier 2014 , Modifié à 11h54, le 13 janvier 2014

Respect de la vie privée de François Hollande : la ligne de conduite de Marine Le Pen est-elle suivie au Front national ?
Florian Philippot (image France 2, 1er novembre 2013) ; Marine Le Pen (image RTL, 3 octobre 2013) ; Gilert Collard (image BFMTV, 21 septembre 2012) et Jean-Marie Le Pen (image RTL, 6 janvier 2012).

Jean-Luc Mélenchon met en avant sa propre "discipline de vie de fer", Jean-François Copé estime que "la fonction présidentielle est profondément atteinte" ... alors que les réactions politiques se libèrent progressivement sur la situation conjugale de François Hollande, Marine Le Pen veut que le Front national se fasse le chantre du respect de la séparation vie privée/vie publique.

Une consigne pas toujours respectée par les représentants du parti.

Marine Le Pen a donné le ton dès le 9 janvier, jour de la publication d'un article de Closer faisant état d'une relation entre le président et l'actrice Julie Gayet. Elle a aussitôt assuré François Hollande de son "soutien" - le président disait vouloir apporter des suites "y compris judiciaires"à cette publication - au nom du "respect de la vie privée".

Une ligne de conduite réaffirmée ce 13 janvier sur RTL, même si attaquer son adversaire peut être tentant, admet Marine Le Pen :

"

Je suis une femme de principe. C’est toujours une tentation de trouver des exceptions à ses principes lorsqu’il s’agit de gens pour lesquels vous n’avezpas d’estime ou de gens que vous combattez politiquement.

"

La présidente du FN refusera par la suite tout commentaire sur François Hollande et "l'affaire" Julie Gayet.

Voilà la règle édictée par Marine Le Pen. Mais que font les autres représentants du parti ?

>> L'astuce de Florian Philippot

Invité de France 2 ce lundi, le numéro 2 du Front national est de prime abord en parfaite harmonie avec sa présidente :

"

C’est un sujet qui relève de la vie privée et qui intéresse assez peu les Français en tout cas dans ce qu’ils attendent d’un président en temps de crise. (...)

Le Front national est très respectueux du partage essentiel en démocratie entre la vie privée et la vie publique. (...)

La vie privée est assez sacrée et la presse n’a pas à parler de ça.

"

Mais contrairement à Marine Le Pen, Florian Philippot ne va pas manquer de critiquer François Hollande dans le cadre de cette affaire ... tout en évitant soigneusement d'émettre un commentaire sur sa vie privée.

Son angle : le président socialiste se met dans la roue de Nicolas Sarkozy en laissant le privé prendre le pas sur les "vrais sujets".

"

On pensait avoir rompu avec les épisodes AB Productions et sitcoms qu’il y a eu en première partie de mandat de Nicolas Sarkozy – vous vous souvenez, Carla, Cécilia, etc . – et bien on replonge à fond là-dedans.

Ca sature une nouvelle fois l’actualité politique et médiatique et pendant ce temps-là on ne parle pas des vrais sujets des Français.

"

>> Gilbert Collard lance le sujet

Invité à débattre sur BFMTV le 12 janvier au soir avec Aurélie Filippetti, le député Rassemblement bleu Marine - tout en précisant qu'à ses yeux "chacun fait de sa vie ce qu'il veut" - a lui-même lancé ce sujet, se heurtant au refus d'en parler (de nouveau) de la part de la ministre de la Culture.

Parce que "toute la presse internationale en parle" et parce que "on apprend que la compagne de François Hollande a été hospitalisée", Gilbert Collard estime qu'on ne peut pas "faire semblant de ne pas l'évoquer" :

"

Comment on fait puisque c’est sur la place publique? On fait semblant de ne pas l’évoquer ?

On n’en parle pas ? On ne se préoccupe pas de Valérie Trierweiler ? On ne pense pas à l’image que la France donne dans le monde entier ?

"

>> Jean-Marie Le Pen, à pieds joints dans la vie privée

Sa réaction n'a rien de surprenante puisqu'il a très souvent, par le passé, critiqué la situation maritale de François Hollande. Le président d'honneur du Front national ne s'est donc pas privé sur RTL le 10 janvier de donner son avis, estimant que tout cela était "choquant pour la morale laïque" :

"

Quand on prend le risque de mettre à l'Elysée la troisième dame, évidemment on s'expose à ce genre d'insinuations ou d'affirmations. Si monsieur Hollande était comme tout le monde un président marié et père de ses enfants, il n'y aurait pas de problème.

Le problème c'est qu'il met à l’Élysée une dame qui est … sa concubine ? Sa maîtresse ? Sa favorite? Comment dit-on ? Alors qu'elle n'est semble-t-il pas encore divorcée.

Il y a quelque chose qui est un peu choquant pour la morale laïque.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus