"Les siffleurs de la robe de Duflot", sujet le plus lu de la semaine

Publié à 17h10, le 28 juillet 2012 , Modifié à 17h31, le 28 juillet 2012

"Les siffleurs de la robe de Duflot", sujet le plus lu de la semaine
Les députés UMP Patrick Balkany et Lucien Degauchy (MaxPPP)

BEST-OF - En tête des sujets les plus lus cette semaine sur Le Lab, on trouve Patrick Balkany et Lucien Degauchy, les deux siffleurs de l'Assemblée qui ont accueillis la robe de Cécile Duflot bruyamment.

Parmi les autres sujets qui vous ont marqué : Rachida Dati qui demande un hommage de François Hollande à Nicolas Sarkozy, la pression médiatique qui a miné la fin de campagne de Jean-Luc Mélenchon, le traditionnel apéro estival entre Xavier Bertrand et Pierre Moscovici et enfin Serge Dassault fustigeant les jeunes en contrat d'insertion "qui emmerdent tout le monde".

  1. Lundi 23 juillet : Dati et l'hommage à Sarkozy

    Sur lelab.europe1.fr

    Ce qui est dommage c’est que François Hollande depuis qu’il a été élu président, n’a reconnu à aucun moment l’action et les réformes positives menées par Nicolas Sarkozy.

    Le regret vient de Rachida Dati sur Europe 1 le 23 juillet. Une réaction de l'eurodéputée au discours de François Hollande, se plaçant résolument dans les pas de Jacques Chirac, dimanche 22 juillet pour la commémoration de la rafle du Vélodrome d'Hiver.

    Et Nicolas Sarkozy alors ? Rachida Dati argumente :

    Nicolas Sarkozy a reconnu la responsabilité de la France. Il était dans la droite ligne du discours de Jacques Chirac. Il n’a pas renié. Il n’est pas revenu là dessus. Evidemment.
    Quand on président de la République, on est président de tous les Français. Et quand on est un grand président, on reconnait aussi les actions positives de tous ses prédécesseurs.

  2. Mardi 24 juillet : Mélenchon et les paparazzis

    Sur lelab.europe1.fr

    Deuxième volet de la série estivale du Parisien sur l'histoire secrète de la présidentielle.  Après les confidences de Michel Sapin sur la nuit où François Hollande a appris l'arrestation de DSK, Le Lab sélectionne ce mardi certains passages de l'article "La nuit où Mélenchon a flanché".

    Dans la nuit du 23 mars, une semaine après le meeting très réussi de la Bastille, la campagne de Jean-Luc Mélenchon bascule.

    Le candidat du Front de Gauche qui refuse toute médiatisation de sa vie privée voit sous les fenêtres de son domicile parisien un 4x4 aux vitres teintées. Le Parisien écrit:

    A l'intérieur, un paparazzi en planque, à l'affût d'un geste tendre entre Mélenchon et sa compagne dont il cache soigneusement l'identité.

    Le policier de service de protection des hautes personnalités qui suit comme son ombre l'eurodéputé repère le photographe.

    Le ton monte entre les deux hommes. Un signalement est déposé au commissariat.

    Progressivement, le candidat, au zénith dans les sondages, s'enferme. Le quotidien relaie une citation d'un "allié" communiste anonyme qui assure que Jean-Luc Mélenchon "a pété les plombs et s'est enfermé dans un bunker avec ses fidèles".

     
    Le Parisien révèle aussi que juste avant le premier tour, l'équipe du candidat d'extrême gauche a empêché au dernier moment la publication d'une photo de Jean-Luc Mélenchon :

    Les paparazzis ont fini par décrocher la photo tant convoitée. Le magazine people Voici a même prévu d'en faire sa une. Dans le camp du candidat, on s'active en coulisses pour empêcher la parution de ces images. Mis en demeure, l'hebdomadaire renonce.

  3. Mercredi 25 juillet : les siffleurs et la robe de Dufflot

    Sur lelab.europe1.fr

    Mardi 24 Juillet, Barbara Pompili, coprésidente des députés écologistes a dénoncé lors des questions d'actualité à l'Assemblée "l'attitude indigne de certains députés UMP" qui avaient sifflé mardi 17 juillet la ministre du logement Cécile Duflot parce qu'elle portait une robe.

    Ce mercredi, Libération donne les noms des siffleurs en chef. Dans son article consacré au difficile apprentissage de l'opposition par le groupe UMP,  le quotidien écrit : "l'écart est mis sur le compte des incorrigibles trublions que sont Patrick Balkany (Hauts-de-Seine) et Lucien Degauchy (Oise)".

    Le lendemain, Patrick Balkany avait déclaré : "Nous n'avons pas hué ni sifflé Cécile Duflot, nous avons admiré".

    Cécile Duflot huée par les députés UMPpar LeHuffPost

  4. Jeudi 26 juillet : l'apéro estival de Bertrand et Moscovici

    Sur lelab.europe1.fr

    Pendant l'année, ils s'affrontent politique, mais quand les vacances d'été arrivent, ils se retrouvent pour l'apéro. Paris-Match raconte les habitudes estivales de certains politiques, dont celles de Pierre Moscovici et Xavier Bertrand.

    Les deux hommes, opposés politiquement pendant toute l'année, se retrouvent en Corse l'été et prennent un apéro devenu désormais un rituel.

    C'est sur la place Pascal Paoli de l'Ile Rousse, en Corse, que l’ex-ministre du Travail et le locataire de Bercy ont leurs habitudes. Au café des Platanes. Selon l'hebdomadaire, Xavier Bertrand va vacances en Balagne où sa belle-famille a une maison, et le nouveau patron de Bercy, à Calvi.

    Un moment de détente qui n’empêche pas les débats "virils", raconte Xavier Bertrand à Paris-Match, entre deux hommes opposés le reste de l'année.

  5. Vendredi 27juillet : Dassault et les jeunes en contrat d'insertion "qui emmerdent le monde"

    Sur lelab.europe1.fr

    Tard dans la nuit, le sénateur de l'Essonne Serge Dassault a pris la parole pour défendre son amendement [le numéro 180] au budget rectificatif 2012. Motif: "supprimer les contrats uniques d'insertion du secteur non marchand qui ne permettent pas à leurs bénéficiaires de s'insérer durablement sur le marché du travail."

    Dans son intervention, il s'en est pris aux jeunes qui bénéficient de ce contrat aidé, provoquant la colère des sénateurs socialistes.  Voici la version édulcorée que l'on peut trouver sur le site du Sénat:

    Qui paie ? Nous tous ! Avec quoi ? Des emprunts qui ne seront jamais remboursés. Pour quoi faire ? Rien.

    Ces gamins ne savent rien faire, ne font rien, ils ennuient tout le monde. [Exclamations à gauche]

    Les mairies et les associations les emploient parce que l'État paie 80 % des salaires. Ils n'ont aucun métier, l'Éducation nationale ne les a pas formés.

    Qui s'occupe d'eux ? Les missions locales et pas Pôle emploi, donnez-leur de l'argent pour qu'elles offrent des formations à ces jeunes perdus.

    Il n'est pas inhabituel que les comptes-rendus des séances à l'Assemblée ou au Sénat soient réécrits pour les lisser. Sur twitter, la journaliste de l'AFP suivant le Sénat, @SuzetteBloch, et la sénatrice socialiste Laurence Rossignol [@Laurossignol] rendent compte de la séance. Et les termes diffèrent quelque peu.

    Serge Dassault s'est exclamé :

    Ces gosses ne foutent rien, ils emmerdent tout le monde !

     
    Le sénateur socialiste de Seine-Saint-Denis, Claude Dilain, a rétorqué à Serge Dassault que ses propos n'étaient "pas acceptables":

    Vous parlez de citoyens français ! Sur le fond, vous avez tort. Venez à Clichy, je vous présenterai des fonctionnaires de catégorie A qui ont commencé par des contrats aidés. Vous verrez aussi ce que fait notre mission locale, il y a des gens admirables.

    L'amendement 180 a aussitôt été rejeté.

Du rab sur le Lab

PlusPlus