Nicolas Sarkozy veut voir François Fillon "à terre et sans oxygène"

Publié à 07h51, le 08 avril 2015 , Modifié à 08h52, le 08 avril 2015

Nicolas Sarkozy veut voir François Fillon "à terre et sans oxygène"
© AFP

MISE À MORT - Il n'y a pas si longtemps que ça, François Fillon trouvait Nicolas Sarkozy "plus tendre" qu'avant. Les deux hommes avaient même pris soin d'afficher dans la presse leurs relations "apaisées". Eh bien soyez prévenus : c'est définitivement terminé. Le président de l'UMP n'en finit plus de ruminer sa rancœur envers son ancien Premier ministre, notamment depuis que ses ennuis judiciaires se sont réactivés. Des ennuis dont Nicolas Sarkozy attribue l'entière responsabilité à François Fillon.

Cité par Le Canard Enchaîné mercredi 8 avril, l'ex-chef de l'État s'en prend au député de Paris dans un style verbal pas très "love me tender" :

 

Fillon, je le veux à terre et sans oxygène.

Voilà qui a le mérite d'être clair. C'est que Nicolas Sarkozy voit sa convocation au pôle financier de Paris le 1er avril, dans l'affaire des pénalités de sa campagne de 2012 payées par l'UMP, dont il est ressorti placé sous le statut de témoin assisté (et non pas mis en examen), comme l'aboutissement des manœuvres de François Fillon pour lui nuire. Toujours selon l'hebdomadaire, Nicolas Sarkozy explique détenir les "preuves" de ce qu'il avance :

L'histoire dans l'histoire, c'est bien Fillon. J'ai tous les faits, toutes les preuves, les faits sont très précis. C'est lui qui a tenté, via son avocat Sureau, de me faire mettre en examen. Et d'accélérer la procédure judiciaire par l'intermédiaire du secrétaire général de l'Élysée.

 

Référence au fameux déjeuner Jouyet-Fillon au cours du quel le second aurait demandé au premier de "taper vite" sur l'ancien président de la république - des propos que l'intéressé a démenti avoir tenus. Et Sarkozy de prévenir que tout cela ne restera "pas sans suite", tout en enterrant symboliquement Fillon au passage (une fois de plus) :

Même si, Fillon, ce n'est plus un problème, car il n'est plus dans la course, les saloperies qu'il a faites ne resteront pas sans suite. Il y a des limites qu'il ne faut pas franchir, et lui, il les a franchies allègrement.

 

Oui, "Sarko" est bel et bien de retour.

[BONUS TRACK] Calendrier politique > calendrier judiciaire

Au sujet de l'affaire des pénalités, Nicolas Sarkozy est très confiant, toujours d'après des propos rapportés par le palmipède. Car selon son analyse, l'arrivée de la primaire de la droite en 2016 s'imposera par rapport au calendrier judiciaire :

Je suis persuadé que les juges vont classer cette affaire [...] La récré est finie. Les primaires ont été annoncées, mon nouveau parti va être lancé. La machine est en marche.

 

Voilà qui devrait ravir ceux qui voyaient dans son retour en politique une tentative d'échapper aux juges

Du rab sur le Lab

PlusPlus