Nicolas Sarkozy et François Fillon affichent leurs relations "apaisées" dans la presse

Publié à 12h59, le 03 décembre 2014 , Modifié à 12h59, le 03 décembre 2014

Nicolas Sarkozy et François Fillon affichent leurs relations "apaisées" dans la presse
Nicolas Sarkozy et François Fillon affichent leurs relations "apaisées" dans la presse © REUTERS/Gonzalo Fuentes

DÉGEL - Leur rencontre début octobre - la première en un an et demi - avait été glaciale. L'affaire Fillon-Jouyet a encore exacerbé les tensions. Mais leur déjeuner, mardi 2 décembre, a en revanche été beaucoup plus "positif". C'est en tous cas le message qu'ont fait passer les entourages respectifs de Nicolas Sarkozy et François Fillon dans la presse, ce mercredi. Officiellement donc, tout va bien entre les deux hommes.

Les proches de l'ancien Premier ministre vantent ainsi auprès du Figaro une conversation "apaisée et positive". Du côté des collaborateurs de l'ancien chef de l'État, on est encore plus dithyrambique :

Cela s'est vraiment bien passé, dans une ambiance très positive et très sympathique. [...] Le président était très heureux.

Réélu à la tête de l'UMP, Nicolas Sarkozy poursuit ses consultations auprès de nombreux cadres du parti afin d'en bâtir le nouvel organigramme. Et si l'ancien chef de l'État a publiquement rangé au placard le croc de boucher qu'il réservait à Dominique de Villepin, il faut croire que les relations avec son ancien "collaborateur", elles aussi, sont en phase de réchauffement. 

Lors de cette rencontre au siège de l'UMP, rue Vaugirard, l'ancien tandem exécutif s'est ainsi, de façon très pragmatique, focalisé sur l'avenir de la "famille". "L'échange global a porté sur l'organisation de l'UMP, explique l'entourage de François Fillon au JDD. Monsieur Fillon a indiqué ne pas vouloir de responsabilité particulière à titre personnel. Mais il participera naturellement à la vie du mouvement et au Bureau politique". Il en a profité pour décliner poliment l'invitation au fameux comité des anciens Premiers ministres imaginé par Nicolas Sarkozy, d'après Le Figaro. Voilà ce qu'il lui a expliqué, selon le quotidien :

Si tu as besoin de me voir pour me parler de l'avenir de l'UMP, je serai toujours là. Tu n'as pas besoin de créer un comité pour cela. On peut le faire dans la simplicité. Et même autour d'un déjeuner !

"À chaque fois que le président voudra recueillir son avis, il sera heureux de lui donner et sera toujours à sa disposition", abonde une source filloniste dans les colonnes du JDD.

Le récit dans les médias de cette rencontre fait suite à l'opération sourire devant les caméras en compagnie de Bruno Le Maire (en *légère* contradiction avec ce qui se dit en privé). Car n'oubliez pas : Nicolas Sarkozy veut RA-SSEM-BLER.

Calmer le jeu avec le député de Paris semblait pourtant compliqué. Leurs relations se sont peu à peu dégradées depuis la défaite de mai 2012, mais aussi au travers de la guerre Copé-Fillon. Ils ont même échangé des lettres et des coups de fil à ce sujet, François Fillon faisant part de son amertume à son ancien patron, qui avait soutenu "le tricheur" Jean-François Copé. Pour féliciter Nicolas Sarkozy d'avoir succédé à ce dernier à la tête du parti, il s'était fendu d'un communiqué où il omettait soigneusement de citer son nom, rappelant au passage qu'"union n'est pas soumission". 

De son côté, l'ancien président de la République reprochait à son ex-bras droit de trop souvent rappeler les affaires judiciaires dans lesquelles sont nom est cité (par exemple ici). Jusqu'à très récemment, il était encore plutôt remonté contre l'ex-locataire de Matignon. D'après Le Canard Enchaîné du 26 novembre, Nicolas Sarkozy commentait en ces termes, devant des "hiérarques UMP", le déjeuner Jouyet-Fillon :

Un type comme ça, presque un ami, qui vous balance aux magistrats, comment ça s'appelait sous l'Occupation ? La collaboration. Oui, Fillon s'est comporté comme un collabo.

Mais promis, leurs relations sont depuis "apaisées".

Du rab sur le Lab

PlusPlus