Salaires des patrons : la loi "peut définir les règles du jeu, c'est une question de décence", selon Dominique Bertinotti

Publié à 12h23, le 07 décembre 2013 , Modifié à 19h59, le 07 décembre 2013

Salaires des patrons : la loi "peut définir les règles du jeu, c'est une question de décence", selon Dominique Bertinotti
(LCP)

LES 140 SECONDES DU LAB D'EUROPE 1 #S01E09 – La loi peut-elle définir une limite à ne pas dépasser pour le salaire d'un patron ? Oui, trois fois oui, explique Dominique Bertinotti.

Il s'agirait tout simplement d'une simple "question de décence", explique la ministre déléguée chargée de la Famille, dans une interview conduite par le Lab, à l'occasion des 140 secondes du Lab d'Europe 1, une séquence de l'émission PolitiqueS, de Serge Moati diffusée ce samedi 7 décembre sur LCP.

"

Je pense que (la loi) peut effectivement définir les règles du jeu (sur les salaires des grands patrons).

Ca ne me choquerait pas du tout qu’il y ait une loi. 

C’est … du ressort des parlementaires, je pense qu’il y en a qui vont, justement, vers l’établissement d’une loi.

Je pense que c’est une question de décence.

"

Après les révélations sur le montant de la retraite chapeau de Philippe Varin, l'ancien patron de Peugeot, Arnaud Montebourg avait brandi cette menace d'une loi, alors que Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie, avait exclu cette hypothèse dès le mois de mai 2013, y préférant "l'autorégulation exigeante".

Voir la vidéo des 140 secondes du Lab avec Dominique Bertinotti :

La ministre déléguée chargée de la famille, qui participait, quelques jours plus tôt, au dîner des ministres concernés par la "remise à plat" de la fiscalitée organisé par Jean-Marc Ayrault, indique également que les incitations fiscales relatives à la garde d'enfants seront incluses dans cette remise à plat.

"

La réforme fiscale aborde toutes les questions, dont celles que vous citez [les niches fiscales sur les gardes d’enfant, ndlr] (…) pour redonner le sens de l’impôt. 

"

Un récent rapport de la Cour des comptes, critique sur la politique fiscale en matière de gardes d'enfants, a listé toutes les "niches fiscales" en question, qui concerne plusieurs centaines milliers de familles :

Dominique Bertinotti livre également, dans cette séquence, sa définition de Jean-Luc Mélenchon : 

"

Convaincu, excessif, un peu démagogique.

"

Quant à Harlem Désir, le premier secrétaire du Parti socialiste, elle le décrit comme :

"

Courageux, (avec) une tâche difficile (...) à effectuer lorsque l'on est premier secrétaire et que la gauche est au gouvernement.

Et en plus, c'est quelqu'un qui (...) aussi à des convictions et qui est très attaché à la dignité de l'homme, et c'est bien d'avoir des humanistes.

"

>> Le Lab vous propose de retrouver Les 140 secondes du Lab d'Europe 1, chaque samedi, un peu après 10h15, sur La Chaîne Parlementaire.

Voici la vidéo de l'émission intégrale du samedi 7 décembre :

Outre Dominique Bertinotti, les invités de cette émission étaient Sophie de Menthon, présidente du mouvement ETHIC, membre du CESE, Thomas Thévenoud, député PS de Saône-et-Loire, et Frédéric Mitterrand, ancien ministre, auteur de La récréation (Ed. : Robert Laffont)

>> Tous les épisodes précédents :

#S01E01 : Olivier Besancenot : après une "crise", le NPA recrute "de nouveaux militants" 

#S01E02 : Noël Mamère: "Je suis par principe contre Twitter"

#S01E03 : Bruno Le Maire : "Je m'accomode très très bien de mon image"

#S01E04 : Michel Rocard : "Mon petit conseil à François Hollande"

#S01E04 : Michel Rocard : "Mon petit conseil à François Hollande"

#S01E05 : Martin Hirsch, trop impulsif pour utiliser Twitter 

#S01E06: Marc Blondel : "Je souffre du comportement de François Hollande"

#S01E07: Louis Mermaz : "La loi sur le cumul des mandats de François Hollande pose problème"

#S01E08 : Jean-Louis Debré : "François Hollande est à la Recherche du Temps Perdu ..."

Du rab sur le Lab

PlusPlus